Comment pratiquer du sport à haut niveau ?

Accueil » FAQ : l’INSEEC répond à vos questions » Comment pratiquer du sport à haut niveau ?

Le sport de haut niveau c’est quoi ?

Le sport de haut niveau se définit par un niveau de compétence maximal dans une discipline sportive précise, réglementée par une charte qui s’appuie sur les principes de la déontologie du sport). Ses critères reposent sur des éléments bien établis :

  • une liste exhaustive des sportifs de haut niveau
  • les filières d’accès des disciplines de haut niveau
  • des disciplines sportives reconnues de haut niveau
  • des compétitions universelles de référence  

La pratique du sport est exercée en compétition à un niveau national ou international. La définition du sport de haut niveau se caractérise par la reconnaissance de disciplines représentatives au plan international telles que les jeux olympiques ou paralympiques, qui constituent une référence en la matière. Ainsi, toutes les disciplines inscrites à cette compétition sont reconnues de haut niveau. Globalement, tous les sports qui peuvent représenter l’image de la France à l’étranger  sont reconnues comme de haut niveau, via leur caractère universel et international. 

Les compétitions de sport de haut niveau sont inscrites au calendrier des fédérations sportives et induisent intrinsèquement un classement mondial de référence, qu’elles soient européen ou internationales. C’est d’ailleurs le ministère chargé des sports qui enregistre les joueurs en tant que sportifs de haut niveau s’ils pratiquent une discipline considérée comme telle. 

Au sein des collectifs sportifs, les directeurs techniques ou les entraîneurs sélectionnent des sportifs selon leur niveau pour les intégrer dans des équipes afin de participer à des compétitions. Leurs inscriptions sont effectuées chaque année au 1er Novembre (pour les sports d’été) et le 1er Juillet ( pour les sports d’hiver) selon les suggestions des directeurs techniques nationaux des fédérations sportives.

Il existe 6 catégories de sportifs de haut niveau.

  • Élite : Les joueurs classés dans cette catégories participent aux grands événements mondiaux tels que les jeux olympiques ou les championnats d’Europe. Ces sportifs sont classifiés par le PFF (projet de performance fédéral) et doivent avoir réalisé des performances significatives afin d’obtenir un classement. Il doivent être détenteur d’un titre individuel ou collectif. L’inscription à la catégorie est valable 2 ans et est renouvelable. 
  • Senior : Cette catégorie possède les mêmes conditions que précédemment mais la validité est d’un an seulement, renouvelable de la même manière  
  •  Reconversion : Cette catégorie est réservée aux sportifs faisant partie de la catégorie “Elite” ou “Sénior”  pendant au moins 3 ans. La caractéristique ici est qu’ils doivent présenter un projet  d’insertion professionnelle pour la suite de leur carrière.  L’inscription est valable 1 an, renouvelable pendant 5 ans.
  • Collectifs nationaux :  Cette catégorie est réservée aux sportifs faisant partie d’une équipe se préparant aux grandes compétitions, ayant déjà été considérés comme des sportifs de haut niveau, valorisés par le directeur technique national pour les compétences.  
  • Relève : Le directeur technique national  intégrera les sportifs dans cette catégorie s’il repère des critères de performance bien précis lors de compétitions internationales. Il est en position de proposer des inscriptions en liste en respectant des catégories d’âge précises. La qualification est valable un an et est renouvelable.  
  •  Espoir :  Sont éligibles à cette catégorie des sportifs reconnus performant dans des disciplines de haut niveau, mais ne remplissant pas encore tous les critères pour figurer dans la liste des sportifs de haut niveau.                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Comment devenir professionnel dans le sport ?

Un entraînement constant

Devenir un professionnel du sport a de quoi faire rêver mais cela représente également beaucoup de contraintes inhérentes à la condition d’athlète de haut niveau.  On peut citer des entraînements intensifs constants, des régimes alimentaires stricts ainsi qu’ un important conditionnement physique et mental.  

Afin de devenir professionnel du sport, il est important de débuter sa carrière très jeune pour développer des compétences rapidement, face à une concurrence massive. C’est généralement l’entraîneur  qui décèle le potentiel  nécessaire pour s’orienter vers un haut niveau sportif. Ainsi, en premier lieu le jeune prodige sera dirigé dans des compétitions à l’échelle régionale ou nationale.

Pour atteindre le niveau nécessaire, le joueur doit effectuer un entraînement intensif, couplé à un parcours d’étude indispensable afin de se sécuriser pour son après carrière sportive. En effet, une carrière dans le domaine ne dure jamais très longtemps et il est indispensable de penser à la suite avant de s’engager dans ce parcours. 

Un parcours relatif à chaque joueur

Il n’existe pas réellement de formations pour devenir sportif professionnel mais les futurs joueurs ont la possibilité de passer par le PES (parcours de l’excellence sportive) mis en place par le ministère des sports. Ce parcours permet aux jeunes joueurs de préparer un double cursus : professionnel et sportif. Ainsi, les matinées sont consacrées aux cours “standards” et les après midi, au sport.  Si le sport est un vrai sacerdoce, il est également possible pour les plus passionnés de réaliser des études dans le domaine, au-delà de la performance sportive. Il peut alors envisager une Licence Staps par exemple, ou un diplôme d’Etat de l’éducation populaire et du sport. C’est une manière de travailler ailleurs, tout en restant dans le même secteur. 

Afin d’affronter un tel challenge, le jeune sportif doit disposer d’un mental particulièrement solide et structuré, avec une résistance aux sacrifices et à la rigueur. Il faut se rappeler également que si ceux qui réussissent obtiennent de grandes satisfactions humaines et financières, il y a très peu d’élus sur le nombre d’appelés. Il est donc indispensable de ne pas négliger son socle d’ études avant de s’engager dans un tel parcours. 

Le quotidien d’un sportif de haut niveau.

Une prise en charge constante

Le quotidien d’un sportif de haut niveau n’est pas de tout repos. On peut dire qu’il possède un mode de vie hors du commun. Ses obligations et ses contraintes le mettent en proie à un stress constant et une pression importante. Les étapes de sa vie quotidienne sont donc paramétrées pour maximiser sa réussite professionnelle.

L’entraînement étant au cœur de sa préparation, le sportif passe un très grand nombre d’heures à exercer sa discipline pour augmenter ses compétences. Il est également question de préparer son corps à l’effort, ainsi que développer son endurance et une solidité mentale. Selon ses activités, il aura besoin de s’entraîner dans un environnement adapté à ses besoins, assisté des équipements et accessoires nécessaires.

Pour maintenir un contrôle constant sur la bonne réalisation de ces entraînements, le sportif est accompagné en continu par un coach, véritable élément central dans sa future réussite. Ainsi, celui-ci va paramétrer, doser et analyser les besoins de son poulain pour l’aider à optimiser ses résultats. Il est un allié précieux tant pour le corps que pour l’esprit.

L’hygiène de vie est au cœur de l’entretien quotidien. Le coach reste superviseur sur cet aspect mais le sportif doit pouvoir assumer une autonomie rapidement, et contrôler de manière équilibrée sa consommation de nourriture, d’alcool  et de tabac. Véritable grain de sable dans un rouage bien huilé, les excès représentent une menace pour les aptitudes du joueur et sont contrôlées jours après jours.

Un planning quadrillé

Autre fait marqué par la rigueur, le planning d’un joueur se veut  millimétré.  Un programme se gère par heure et est préparé conjointement avec l’entraîneur. Chaque effort, mais également chaque repos, représente un vaste plan de conditionnement mental et physique, ou rien est laissé au hasard. Le quotidien d’un joueur de haut niveau est ainsi optimisé en équipe, organisé dans un calendrier drastique et détaillé.

Quelles sont les qualités nécessaires pour devenir sportif de haut niveau ?

Un mental d’acier

Avant d’atteindre la gratification et le succès, le chemin peut être long et parsemé d’embûches. Le moteur pour fournir une telle implication reste en premier lieu la passion. Mais ce n’est pas suffisant pour espérer atteindre des sommets et rentrer dans la catégorie d’un sportif de haut niveau. La rigueur est un indispensable pour espérer développer des compétences suffisantes à la réussite de sa carrière. Dès le plus jeune âge, le joueur doit disposer d’un mental en béton armé afin de surmonter les échecs et les éventuelles blessures. La préparation du corps et les potentiels temps de récupération ne peuvent être efficaces que si le sportif est autonome.

Une maîtrise technique

Selon les disciplines, le rapport au corps ou à la technique varie. Certains sports exigent la maîtrise aiguisée d’un instrument. Il est question ici de ne faire qu’un avec un équipement, et en connaître chaque rouage. Son fonctionnement et son réglage deviennent presque une science pour celui qui utilisera son matériel afin de maximiser ses chances de réussite en compétition. Le skate, le cyclisme ou encore le ski nécessitent une utilisation ajustée afin de s’accompagner dans l’effort et d’en tirer un profit. 

Le salaire d’un sportif de haut niveau

On sait qu’entre sportifs de différentes catégories les revenus varient avec une amplitude importante. C’est d’ailleurs un des domaines ou l’on trouve l’évolution salariale la plus importante, particulièrement si le joueur entre dans un club majeur et médiatisé. Selon l’institut Unasa, en moyenne en France, le salaire moyen d’un athlète de haut niveau s’élève à 7642 euros brut par mois. Bien évidemment c’est une fourchette et l’intégralité des sportifs cumulés représente une grande disparité de salaires. Au-delà des compétences, il prend en compte les investissements publicitaires et commerciaux liés aux sportifs et aux clubs. Cette variété se retrouve sur des exemples précis, dans des sports variés :

  • En moyenne, un joueur de football perçoit un salaire qui varie entre 27 000 à 45 000 euros brut par mois.
  • Un rugbyman  de haut niveau perçoit un salaire d’environ 14 500 euros brut par mois.
  • Un joueur de Basket plafonne aux alentours 10 000 euros brut par mois
  • Un handballeur touche quant à lui environ 6725 euros brut par mois.  

Malheureusement, de fortes disparités de salaire subistent entre homme et femme.                                                                      

Quelles sont les évolutions de carrière pour un sportif de haut niveau ? 

Une fois sa carrière terminée, un sportif de haut niveau a plusieurs choix qui s’offrent à lui pour continuer de travailler dans ce domaine. 

entraîneur

 Il peut devenir à son tour entraîneur et transmettre ses acquis à un plus jeune public. Ayant pour rôle de rester dans l’ombre et d’amener les joueurs vers un niveau supérieur, il est chargé de développer d’un point de vue physique et mental, leur compétence en compétition. Les qualités qui lui sont demandées sont la pédagogie et la psychologie. Il doit  ainsi proposer des entraînements adaptés à leurs caractéristiques propres. Un véritable travail d’analyse individuel et collectif afin d’optimiser le joueurs dont il s’occupe.

Agent de joueur 

L’agent de joueur a pour mission d’être le médiateur entre un club et un professionnel du sport. Strictement encadrée par le code du sport, cette fonction a trouvé son essor grâce à la démocratisation des compétitions sportives ainsi que le développement de ce qu’on appelle aujourd’hui le “sport spectacle”, largement relayé par les médias mainstream. Ainsi, il se définit officiellement comme “une personne physique ou morale exerçant à titre occasionnel ou permanent contre rémunération.” Doté de nombreuses fonctions et responsabilités en lien avec l’environnement du sport, le rôle de l’agent couvre un grand nombre de domaines complémentaires,  parfois très éloignés les uns des autres.

Educateur sportif

Plus détaché de l’aspect compétition, l’éducateur sportif apprend la pratique d’un sport à des élèves, au travers de cours de différents niveaux. Il peut exercer dans tous les domaines sportifs, autant aux adultes, aux séniors, qu’aux enfants. Il exerce de manière pluridisciplinaire, autant en établissement scolaire qu’en centre de loisir ou en indépendant. Son activité sera évidemment relative aux études qu’il a exercées auparavant. Ainsi, son rôle est de transmettre de la manière la plus adaptée possible  selon les attentes des élèves, en respectant des normes de sécurité précises, et de suivre les progrès de ses élèves. Enfin, il peut être amené à réaliser des missions différentes de l’enseignement, tel que l’organisation d’événements sportifs.

Des programmes adaptés, dédiés au sport

Afin de développer des connaissances globales et préparer les étudiants aux différents métiers du sport, avant, pendant ou après leur passage dans le sport de haut niveau, l’INSEEC propose plusieurs pôles dédiés.

En suivant cette orientation, L’INSEEC met à disposition plusieurs  spécialisations dans le domaine du sport dans les campus de Chambéry, Lyon, Paris et Bordeaux. Parmis les cursus spécialisées que proposent l’INSEEC, nous pouvons citer ces trois orientations disponible après un baccalauréat : 

Vous pouvez consulter ici les métiers possibles après un Master d’école de commerce dans le sport.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre page Foire aux Questions dédiée.

Mis à jour le 14 septembre 2022